Avis de la team :

Julien

Julien B

Game Details
NomOrigins: First Builders (2021)
ComplexitéMedium [3.36]
Nb de joueurs1-4
Auteur(s)Adam Kwapiński
Artiste(s)Zbigniew Umgelter and Aleksander Zawada
Editeur(s)Board&Dice, BoardM Factory, CMON Global Limited, Cosmodrome Games, Galápagos Jogos, Giant Roc, Maldito Games and Rebel Sp. z o.o.
Mechanisme(s)Open Drafting, Tile Placement, Turn Order: Stat-Based, Variable Set-up and Worker Placement with Dice Workers

Boussole Ludique
Médias

Origins First Builders

2 à 4 joueurs
Auteur : Adam KWAPINSKI
Illustrateur : Zbigniew UMGELTER et Aleksander ZAWADA
Editeur : Board&Dice (VF Pixie Games)

Texte intro

THÈME :

Des races aliens via leurs technologies vont permettre aux terriens primitifs de
pouvoir se développer et ainsi viser la construction de la ville la plus prestigieuse.

MÉCANIQUES :

Origins, comme plusieurs autres créations du genre, se base sur de la pose
d’ouvriers, mécanique éculée s’il en est ; en proposant une nouvelle façon de
l’améliorer.
Le plateau principal présente 5 sites d’action associés chacun à une roue et une
action spéciale correspondante. Les 5 roues portent des valeurs de 1 à 6 comme les
faces d’un dé 6. Chaque site peut accueillir des ouvriers sans limite de nombre.
Chaque ouvrier positionné sous une roue, va induire l’incrémentation de la roue
correspondante. Et c’est à partir de là que les choses se corsent. Avant d’aller plus
loin, présentons lesdits ouvriers qui sont de 3 types différents :

  • Les Archontes représentés par des figurines plastiques
  • Les orateurs représentés par des dés blancs
  • Les citoyens représentés par des dés des 5 couleurs des roues

Et maintenant vous comprenez en quoi l’incrémentation des roues va compliquer les
choses. En effet, pour les dés qu’ils soient blancs ou pas, si leur valeur est strictement
inférieure à la valeur de la roue visée, il faudra payer la différence en sagesse, l’une
des ressources du jeu. L’Archonte quant à lui ne tient pas compte des valeurs des
roues et peut toujours être posé.

A partir de là, chacun des 5 sites est associé à 1 couple d’actions sur fond gris et 1
action de la couleur de la roue. Les couples d’actions grises sont fixes sur le plateau
principal alors que les actions des 5 couleurs de roue sont amovibles ; créant donc d’une partie à l’autre des configurations assez différentes. Chaque couple d’actions
grises est composé d’une action permettant de récupérer des ressources (blé, pierre,
sagesse et or, qui en plus d’être une ressource en tant que telle vaut n’importe
laquelle des 3 autres) et d’une action permettant au choix d’acheter un dé citoyen de couleur, de progresser sur la piste militaire ou les temples, de réaliser des batailles ou encore de construire des bâtiments. L’achat de dés citoyen est essentiel pour vous permettre de jouer plus d’actions mais attention les dés citoyen nécessitent des supports de dé disponibles à votre couleur pour pouvoir être achetés, à la différence des dés orateurs blancs. Une fois sur un support de dé, un citoyen devient un stratège et est donc associé à un joueur.

Une fois posé un ouvrier vous permet de réaliser l’une des 2 actions grises du site. Et
c’est là que la couleur d’un stratège va prendre tout son intérêt. En effet si celle-ci
correspond à celle de la roue du site où le stratège vient d’être positionné, le joueur
pourra réaliser l’action de la couleur de la roue en plus de l’une des 2 actions grises ; dans n’importe quel ordre. Enfin en jouant un stratège de valeur 6, le combo est ultime puisque dans ce cas, le joueur pourra réaliser les 2 actions grises et l’action de couleur dans n’importe quel ordre.
A la place de poser un ouvrier, il est possible de :

  • Libérer un support de dé
  • Acheter un étage de tour
  • Construire un district en bloquant l’un de ses stratèges non joués entre 4
    bâtiments pour activer ces derniers, s’ils sont de la couleur du dé bloqué. Le
    stratège devient alors un siège de pouvoir qui permettra de marquer des points
    de victoire en fin de partie.

Une fois que l’ensemble des joueurs a passé, les stratèges joués reviennent du
plateau principal vers le plateau individuel en tous étant incrémenté au passage.
Dans le cas où un stratège aurait une valeur de 6 avant d’être incrémenté, il est placé
sur la piste du plateau individuel si sa couleur n’est pas déjà présente. Ces dés
deviennent des conseillers qui donneront leur couleur à votre Archonte ; lui
permettant ainsi d’accéder aux actions bonus de couleur.

Parlons rapidement des temples, à chacun est associé une carte offrant un effet sur
différents aspects du jeu. L’une des actions grises permet de progresser de 2 cases
sur un temple et de prendre la carte correspondante peut importe qui est en tête sur
ce temple ; empêchant ainsi d’accaparer la carte pour l’ensemble de la partie.

Enfin la piste militaire permet d’agir sur l’ordre du tour mais surtout grâce à l’action
bataille de remporter des ressources ainsi que des points de victoire par rapport au
nombre de sections franchies sur la piste et au nombre d’adversaires en retard.

La fin de partie peut être déclenchée de 4 manières différentes. Le décompte final
permettra de gagner des points de victoire en fonction du nombre de conseillers
bloqués sur le plateau individuel, de marquer l’avancement des deux progressions de
temples les moins élevées ainsi que la valeur des sièges de pouvoirs multipliée par la
hauteur de la tour correspondante.

PREMIÈRES IMPRESSIONS :

C’est vraiment une excellente surprise que ce jeu, une fois les soucis éditoriaux passés (cf. Interrogations, Remarques et Préconisations). Il y a une forte interaction durant toute la partie notamment grâce à la pose des ouvriers qui va rendre l’accès à certains sites plus ou moins facile.
Les différentes configurations des actions bonus par rapport aux actions grises fixes, les cartes temples et la répartition du nombre d’étage de tours font que les parties ne se ressemblent pas et qu’il faudra bien anticiper la condition qui déclenchera la fin de partie.

INTERROGATIONS, REMARQUES, PRÉCONISATIONS :

Bon disons le tout de suite, les choix éditoriaux sont plus que discutables. Les ressources, toutes sur fond blanc, rend la lisibilité du jeu pénible. Entre le jaune pour le blé et l’or, le beige pour la sagesse et le gris clair pour la pierre ; il est fortement conseillé de recourir à d’autres moyens pour les symboliser. Dans mon cas, des cubes ont rapidement remplacé les jetons. Dans le même genre d’idée, les faces de dés sur les 5 roues ne permettent pas aisément de voir la valeur en cours. Encore une fois, dans mon cas, j’ai fait appel à « mon peintre » pour pallier ce défaut. C’est quand même très étrange pour un jeu de ce calibre et au prix où il est vendu de ne pas avoir soigné l’édition. Et je ne parle même pas du thème plaqué…

Concernant l’ordre du tour, il est recommandé de tenir compte de la position de l’ensemble des joueurs sur la piste militaire pour le déterminer et non uniquement de celle du joueur le plus avancé ; au risque d’être trop pénalisé en fonction de notre position par rapport à celui-ci.
Enfin les effets des différentes cartes zodiaque peuvent nuire à leur recours, même si la progression sur les temples est synonyme de gain de points de victoire en fin de partie.

EN RÉSUMÉ :

Origins est vraiment agréable à jouer et donne envie de tenter de nouvelles stratégies. Comparé à bon nombres de jeu « experts » qui ont tendance à faire que chacun joue dans son coin, ici l’interaction est très présente. Les différentes conditions de déclenchement de fin de partie vont demander de l’adaptation constante. La rejouabilité est également au rendez-vous, seul bémol, son édition. Pourrait-elle lui coûter sa place dans le podium du Diamant d’Or 2022 ?

Présentation rapide de Origins First Builders par Les Recettes Ludiques