Avis de la team :

Dim P

Game Details
NomImperial Steam (2021)
ComplexitéMedium Heavy [4.10]
Nb de joueurs2-4
Auteur(s)Alexander Huemer
Artiste(s)Andreas Resch
Editeur(s)Capstone Games, Frosted Games, Maldito Games and Super Meeple
Mechanisme(s)Contracts, Market, Network and Route Building, Pick-up and Deliver, Point to Point Movement, Turn Order: Stat-Based and Victory Points as a Resource

Boussole Ludique
Médias

Imperial Steam

2 à 4 joueurs
Auteur : Alexander Huemer
Illustrateur : Andreas Resch
Editeur : Capstone games (VF: Super Meeple)

THÈME :

Milieu du 19ème siècle , en pleine ère industrielle, l’Autriche souhaite développer son réseau ferroviaire sans passer par la Hongrie pour des raisons politiques. La topographie de l’Autriche ne va pas rendre les choses simples et le réseau devra être accompagné de compétences techniques spécifiques permettant de créer de multiples ponts et tunnels afin de relier les usines de production à certaines villes où la demande de ressources est importante. L’objectif principal étant de relier Trieste, tout au sud du pays.

MÉCANIQUES :

Imperial Steam est un mix entre plusieurs types de jeux :

  • Pose d’ouvriers
  • Pick up and delivery (Railways of the world…),
  • Jeu avec réalisation d’objectifs (Railroad Revolution)
  • et un jeu d’investissement (Chicago 1875…)
    Et il semble avoir pris un peu du meilleur de chaque monde 😉

Le système de jeu simple, à votre tour jouez un meeple « main » sur une des 11 cases actions disponibles (plusieurs joueurs peuvent jouer sur la même case et un même joueur moyennant un surcoût, peut lui aussi rejouer sur une case où l’un de ses pions est déjà présent) et effectuez directement l’action indiquée (construire des rails, recruter des ouvriers, construire une gare ou une usine, produire ou acheter des ressources, améliorer son train…etc) !!! Vous pouvez également réaliser des actions supplémentaires gratuites de 3 types (livrer une ressource via votre réseau, céder 10% de ses parts contre de l’argent, ou acheter l’accès au transport public).

L’action centrale du jeu consiste à construire jusqu’à deux rails pour relier les villes afin d’atteindre l’objectif de Trieste. Pour cela il faudra payer des ressources (1 bois, 1 pierre et 1 fer) avec un éventuel surcoût (1 pierre supplémentaire par pont, 1 fer supplémentaire par tunnel) et des compétences spécifiques (ingénieur adapté) lors de la construction de tunnel (liaisons orange) ou des ponts (liaisons grises) et dépenser une force de travail équivalente à la valeur indiquée sur les villes atteintes.

Mais le nerf de la guerre est l’argent et tout à un coût qui va augmenter à force que les joueurs achètent ! Les ressources du marché vont voir leur prix flamber, donc si on souhaite les produire soit même il faudra construire des usines dont le prix va augmenter également. Les ressources seront à stocker dans ses wagons (qu’il faudra agrandir si l’on veut stocker plus). Enfin les ingénieurs seront plus chers à recruter et il faudra aller vite pour ne pas se ruiner. 

En reliant certaines villes, il sera possible de récupérer un Business Token pour réaliser un nombre d’ « options » équivalent à la valeur de ce jeton (augmenter son influence, augmenter la valeur des actions, transformer ses wagons de marchandises en wagon de passagers). De plus, dans 4 villes, il sera demandé de livrer en premier un certain nombre de ressources pour obtenir soit de l’argent immédiatement, soit une clef de la ville (pour le charbon) qui vous donnera de l’argent en fin de partie en fonction de l’influence de cette ville.

Des contrats seront également disponibles, ils vous permettront de faire venir des investisseurs à qui vous pourrez céder 10% de vos part à la fin de la partie contre de l’argent immédiat. 

Une partie est composée au maximum de 8 tours, possiblement moins si un joueur relie Trieste avant. Chaque joueur commence avec 2 jetons « mains », en récupère un 3ème au tour 2, un 4ème au tour 3 et un 5ème au tour 4. Au 4ème tour et au 7ème tour de nouvelles locomotives, plus intéressantes, deviennent accessibles.

Les parties peuvent être assez différentes les unes des autres en fonction des conditions déclenchées de fin de partie. Si au moins un joueur rejoint Trieste l’ensemble des contrats seront comptabilisés en positif ou négatif alors que si aucun joueur n’atteint Triste à la fin du 8éme tour, aucun contrat ne sera pris en compte !!!

PREMIÈRES IMPRESSIONS :

En tant qu’amateur de jeux de trains (Railways of the World, Railroad Revolution…), Imperial Steam a tout de suite éveillé mon intérêt mais j’avais un peu peur du côté « bourse » annoncé qui représente souvent une dimension un peu laborieuse à mon goût (comme dans Chicago 1875).

A l’explication des règles, j’ai été immédiatement rassuré avec une partie « financement » d’une grande simplicité et en pratique d’une rare efficacité (l’activation d’un financier me coutera 10% de mes gains finaux et je ne pourrai activer un financier que si le financier le plus haut placé sur la zone Shareholders est au niveau de la valeur de mes parts). 

Imperial Steam est donc un subtil mélange de poses d’ouvriers avec des actions assez variées, de placements de rails, de livraisons de biens avec une gestion des revenus très tendue et un recours potentiel à des financiers pouvant jouer un rôle déterminant en fonction de leurs conditions d’activation.
Après leur 1ère partie, les amateurs de ce type de jeu bien tendu, auront tout de suite envie d’y rejouer, en jurant haut et fort qu’ils joueront bien mieux la prochaine fois… 😉

INTERROGATIONS, REMARQUES, PRÉCONISATIONS :

Imperial Steam est un jeu qui ne pardonne pas l’erreur et où la gestion de l’argent est très tendue. Une action ratée au premier tour peut avoir des répercussions sur l’ensemble de la partie.

Dès le set up, on voit que les florins vont être au cœur de toutes les frustrations du jeu. Et les quelques 130 ou 140 florins détenus initialement par chaque joueur vont fondre comme neige au soleil, dont presque la moitié dans l’enchère initiale qui déterminera votre niveau d’influence (qui servira à déterminer également l’ordre du tour, mais aussi l’accès potentiel à des zones de recrutement). Ensuite, le recrutement de workers et/ou l’installation d’usine auront vite raison du reste. Une priorité va donc vite s’imposer à vous, comment regagner de l’argent car ce n’est pas le revenu garanti de 10 florins en début de partie qui suffira à votre développement. Vous devrez donc réussir rapidement à livrer un bien ou à activer un financier dans de bonnes conditions (c’est-à-dire en ayant pris soin au préalable de monter la valeur de vos parts).
Une aide de jeu reprenant les 3 options liées aux jetons Business serait bien pratique car elles ne sont rappelées nulle part.

Plusieurs stratégies semblent viables (en fonction des actions des adversaires) : un rush vers Trieste, une maximisation tranquille/contrôlée des contrats ou encore par un focus sur les livraisons…

EN RÉSUMÉ :

Imperial Steam est un subtil mélange de pose d’ouvriers avec un choix assez large d’actions, un côté Pick Up and Delivery bien présent mais n’apparaissant pas comme l’unique finalité du jeu, et une légère dose de gestion d’actions/bourse qui sert le jeu (en ayant un réel impact stratégique) tout en restant simple. La victoire passera alors par un juste équilibre entre un timing précis, une gestion fine des florins et des prises de positions stratégiques sur la carte.

Imperial Steam est un jeu clivant, exigeant, qui va ravir les uns et créer une réaction de rejet/grande frustration chez les autres. Une règle expliquée de façon incomplète ou une erreur de jeu, au 1er tour, peuvent tout à fait transformer votre partie en un véritable chemin de croix. A l’inverse, un enchainement millimétré de 5 actions qui vous permet d’atteindre votre objectif au florin près peut procurer un plaisir immense.

Présentation rapide d'Imperial Steam par Les Recettes Ludiques