Avis de la team :

Julien

Julien B

Game Details
NomGolem (2021)
ComplexitéMedium Heavy [3.93]
Nb de joueurs1-4
Auteur(s)Flaminia Brasini, Virginio Gigli and Simone Luciani
Artiste(s)Francesco Ciampi and Roberto Grasso (I)
Editeur(s)Cranio Creations, Asmodee, CrowD Games, Delta Vision Publishing, Game Harbor, Intrafin Games, Korea Boardgames Co., Ltd., Lord of Boards, Maldito Games, Portal Games and TLAMA games
Mechanisme(s)Action Drafting, Dice Rolling, Income, Set Collection, Variable Player Powers and Variable Set-up

Boussole Ludique
Médias

Golem

1 à 4 joueurs
Auteur : Flaminia Brasini, Virginio Gigli, Simone Luciani
Illustrateur : Francesco Ciampi, Roberto Grasso
Editeur : Cranio Creations

Ce trio bien connu d’auteurs dans les sélections du Diamant d’or cumule pas moins de 8 jeux depuis le début du prix. Aucun n’a décroché le titre tant convoité de Diamant d’Or. Cette année, ils comptent bien rafler la mise avec Golem.

THÈME :

Golem vous entraîne dans le Prague du XVIème où chaque joueur joue un rabbin qui sera amené à créer de puissants golems se déplaçant dans les rues, sous le contrôle de leurs étudiants.

MÉCANIQUES :

La mécanique allie un tiers de placement d’ouvriers et deux tiers de choix d’actions. Durant chacune des 4 manches, les joueurs auront 3 actions à réaliser et pas une de plus, aucun bonus ne permettant de jouer une action supplémentaire. Donc 12 actions par joueur au total. Et là, vous vous dites ça va être rapide. Et bien comme dans la plupart de ce type de jeux, les manches avançant, les tours deviennent plus longs. Parlons donc des différentes actions. Elles sont donc de 2 types :

Chaque joueur devra placer son unique rabbin sur une proposition d’actions n’accueillant qu’un seul rabbin. Ces tuiles action se renouvellent aléatoirement à chaque manche. Seule une action pouvant accueillir plusieurs rabbins est présente tout au long de la partie et à chaque partie. Cette partie du plateau gère également l’ordre du tour.

Chaque joueur devra prendre 2 billes parmi celles proposées à la synagogue. Celle-ci propose d’autres actions qui, elles, sont identiques tout au long de la partie et d’une partie sur l’autre. Il y a des billes bleu, jaune, rouge, blanche et noire. A chaque début de manche toutes les billes sont rassemblées et jeter dans le support de la synagogue. En face de chaque action se trouve une rangée qui accueille aléatoirement un certain nombre de billes. Quand un joueur en prend une, cela détermine l’action qu’il va réaliser. Le nombre de billes avant la prise indique la puissance de l’action. La couleur de la bille joue sur le déplacement ou non d’un étudiant.

Le plateau principal est lui composé de 3 pistes composées chacune d’une rue accueillant 1 étudiant de chaque joueur, de tuiles action/revenu pour les golems et d’emplacement accueillant les golems de joueurs. 

A chaque début de manche, chaque joueur doit répartir entre ses golems un nombre de cases de déplacement. Le choix doit être judicieux pour permettre de pouvoir potentiellement activer les tuiles actions au-dessus de leur case d’arrivée tout en essayant d’être le moins éloigner de l’étudiant dans la même rue au risque de devoir dépenser beaucoup de connaissance, l’une des ressources du jeu. 

Chaque joueur via son plateau personnel va pouvoir choisir de se développer sur 3 axes stratégiques différents, les golems bien sûr, les artefacts qui donnent accès à des revenus à chaque fin ou de manche ou bien l’érudition en accumulant des livres. 

Enfin le choix des couleurs de bille est important au-delà du déplacement des étudiants car à chaque de manche, chaque joueur peut prétendre à l’objectif de la manche qui correspond à la combinaison de 2 couleurs de billes différentes (rouge, jaune et bleu), les billes blanches étant des jokers.

PREMIÈRES IMPRESSIONS :

J’ai beaucoup aimé le casse-tête du choix d’actions qui offre une certaine interaction entre les différents joueurs. Réaliser une action de la synagogue rapidement avec 3 ou 4 billes ou bien se précipiter sur une action rabbin pour la sécuriser et éventuellement remonter dans l’ordre du tour. Le nombre et la variété des tuiles action/revenu à placer dans les rues en début partie va apporter de la rejouabilité et demandera donc de l’adaptabilité.

INTERROGATIONS, REMARQUES, PRÉCONISATIONS :

Dès les premières parties, une mise en place aléatoire, des tuiles action/revenu et des personnages objectifs de fin de manche, est applicable. 

Le graphisme porte un peu à confusion car si les billes bleues correspondent à la rue bleue. Les billes jaunes correspondent à la rue orange et les billes rouges à la rue verte. Il eut été opportun d’harmoniser le tout dans un souci de clarté.

Il est possible de passer son tour si aucune des billes ne nous convient, pour ensuite relancer celles disponibles moins une dans la synagogue. Cette possibilité n’a pas l’air très souvent utilisée (car assez hasardeuse) mais à le mérite d’exister.

EN RÉSUMÉ :

Alors que la boite peut rebuter certain(e)s joueuses ou joueurs, ce jeu mérite d’être dans les 8 finalistes de cette année. Le thème, même s’il peut paraître plaqué, est relativement bien utilisé avec ces golems avançant inexorablement et qu’il vous faudra peut-être tuer afin de limiter leur soutien à chaque fin de manche. Les 3 axes stratégiques permettent d’envisager les parties sous différents angles ce qui rend le tout très appréciable.

Présentation rapide de Golem par Les Recettes Ludiques